Le football aide les migrants à s'intégrer, pas la fédération française

Par Mickaël Correia

En Île-de-France, dans le Finistère ou en Haute-Savoie, les initiatives d’aide aux migrants, notamment des mineurs isolés, se multiplient pour faire du football un outil d’intégration et d’épanouissement, dans la continuité de ce qui a été réalisé en Allemagne. Mais la fédération française ne fait rien pour aider.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il fait un froid glacial en ce soir de novembre au parc des sports de Bobigny. Sous la lumière blafarde des projecteurs, une poignée d’adolescents chaussent rapidement leurs crampons. Qu’importe le terrain synthétique élimé, les jeunes footballeurs tapent dans le ballon avec détermination. Les petits matchs improvisés sont ponctuellement entrecoupés de rires et de débats animés à propos d’éventuelles fautes.