Le Yémen, l’autre espoir du printemps arabe

Par

À côté de la Tunisie, et malgré la violence récurrente et les menaces séparatistes, le processus politique en cours au Yémen se poursuit tant bien que mal, et même avec une certaine réussite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un « succès » et, mieux encore, « un tournant dans l'histoire du peuple du Yémen ». Coincé dans l’agenda médiatique entre le vote de la constitution tunisienne et la conférence de Genève 2 sur la Syrie, le vibrant hommage du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, saluant la conclusion de la première phase du dialogue national yéménite, samedi 25 janvier, est passé relativement inaperçu. Le processus politique en cours au Yémen, pays instable secoué par des mouvements séparatistes au nord-ouest et au sud du pays, est pourtant d’autant plus remarquable qu’il demeure largement ignoré.