Des dirigeants catalans transférés à Madrid avant leur procès

Par
Incarcérés à Barcelone depuis leur arrestation dans la foulée du référendum d'autodétermination catalan, plusieurs dirigeants indépendantistes ont été transférés vendredi à Madrid où ils comparaîtront le 12 février prochain.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BARCELONE, Espagne (Reuters) - Incarcérés à Barcelone depuis leur arrestation dans la foulée du référendum d'autodétermination catalan, plusieurs dirigeants indépendantistes ont été transférés vendredi à Madrid où ils comparaîtront le 12 février prochain.

Raul Romeva, l'un de leurs chefs de file, et ses onze coaccusés sont poursuivis pour rébellion et détournement de fonds publics et le ministère public a fait savoir qu'il demanderait des peines de prison susceptibles d'atteindre 25 années.

Dans un entretien accordé par écrit à Reuters, Raul Romeva dit espérer que le procès permettra de répondre aux questions que se posent l'opinion publique et la société civile en Catalogne et en Espagne ainsi que la communauté internationale.

Exilé en Belgique, Carles Puigdemont, qui dirigeait le gouvernement catalan lors de la tenue du référendum en 2017, n'assistera pas à son procès.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale