Moscou regrette la décision américaine de quitter le traité FNI

Par
La Russie a regretté vendredi la décision des Etats-Unis de se retirer du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) en accusant Washington d'avoir refusé de négocier avec elle pour éviter un tel résultat.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

MOSCOU (Reuters) - La Russie a regretté vendredi la décision des Etats-Unis de se retirer du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) en accusant Washington d'avoir refusé de négocier avec elle pour éviter un tel résultat.

"L'absence de volonté, de la part des Américains, d'écouter le moindre argument et de mener avec nous des négociations sur le fond montre que la décision de rompre ce traité a été prise à Washington il y a longtemps", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Les Etats-Unis ont fait savoir jeudi qu'ils cesseraient dès ce week-end de respecter le traité FNI, signé en 1987 par le président américain Ronald Reagan et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev.

Le texte visait à l'élimination de tous les missiles de croisière et missiles balistiques américains et russes lancés depuis le sol et ayant une portée se situant entre 500 et 5.500 km.

Washington accuse Moscou depuis plusieurs mois de violer déjà ce traité en alignant dans son arsenal militaire des missiles Novator 9M729/SSC-8.

Pour l'Otan, comme pour Washington, le Novator 9M729/SSC-8 est capable de frapper une cible distante de 500 à 1.500 km, ce que dément le Kremlin qui affirme que la portée de ce missile ne dépasse pas 500 km.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale