Pékin et Moscou, complices mais pas alliés

Destinée à normaliser les rapports américano-russes, la rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine, le 16 juillet, a tourné à la confusion. De quoi pousser un peu plus la Russie dans les bras de la Chine, malgré le déséquilibre de puissance entre les deux pays. Moscou et Pékin défendent toutefois chacun leurs intérêts… qui ne coïncident pas toujours.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis l’annexion de la Crimée et le conflit dans le Donbass, en 2014, la relation bilatérale entre la Chine et la Russie est passée au stade de l’« entente », explique la spécialiste du monde russe Isabelle Facon dans Le Monde diplomatique en kiosques ce 1er août.