De nouvelles guerres se déclarent aussi sur Internet

Création d’un «centre de cyberdéfense», coordination de ripostes possibles : l’Alliance atlantique a décidé d'un arsenal de mesures lors de son sommet de Bucarest. Un groupe d'études avait été créé après l'«attaque» de l'Estonie par la Russie, il y a un an. Le point avec Daniel Ventre, chercheur au CNRS, pour qui «nous sommes dans des logiques de préparation à de nouvelles formes de conflits».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Avril-mai 2007, l’Estonie est en guerre. En cyberguerre. En quelques jours, une partie de son réseau informatique bancaire s’écroule. Des sites gouvernementaux sont en rade. Des webs de journaux sont bloqués. Les web-télés sont muettes. La première cyberguerre officielle est même déclarée. La police estonienne a un suspect et il est de taille : c’est la Russie, qui serait derrière le coup (et les écrans).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal