En RDC, les acheteurs de cobalt détournent le regard de la corruption

Un rapport de l’ONG Resource Matters, en collaboration avec Sciences-Po Paris, montre que quatorze grandes entreprises qui achètent du cobalt n’agissent pas afin d’atténuer les risques de corruption potentiels dans leurs chaînes d’approvisionnement en cobalt. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un rapport intitulé « Ni vus, ni connus », l'ONG bruxelloise Resource Matters a démontré, en collaboration avec Sciences-Po Paris, que les grandes entreprises qui achètent du cobalt en République démocratique du Congo (voir cette enquête sur la filière) n'agissaient pas pour atténuer les risques de corruption potentiels dans leurs chaînes d’approvisionnement.