Des ONG dénoncent «le tri et le troc» des réfugiés aux frontières de l’Europe

Par

Plusieurs associations emmenées par la Cimade se sont rendues aux points d'entrée des migrants dans l'Europe. Partout, elles constatent la même volonté des États membres d'intensifier les contrôles, « au mépris » des droits des personnes qui débarquent au péril de leur vie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au travers de missions dans plusieurs villes-frontières – Ceuta et Melilla, enclaves espagnoles au Maroc ; Lampedusa et Pozzallo en Sicile ; Calais en France – un groupe d’associations emmenées par la Cimade observe, dans un rapport publié ce jeudi 2 juin, que l’exode sans précédent que connaît l’Europe depuis 2015 n’a pas détourné les chefs d’État de l’Union européenne de leur détermination à renforcer toujours plus les contrôles aux frontières extérieures.