En Argentine, les bidonvilles sont les plus vulnérables au Covid-19

Par Camille Audibert

Des policiers contrôlent les accès à Villa Azul, un quartier précaire de la banlieue de Buenos Aires, depuis la découverte d’un foyer de contamination de coronavirus. En Argentine, les cas se concentrent dans les quartiers populaires paupérisés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Buenos Aires (Argentine), correspondance.– Des grilles quadrillent tout le quartier. D’un côté, des patrouilles de police, de l’autre des habitants enserrés dont les visages apparaissent parfois sur les images filmées par la télévision argentine qui a largement couvert cette opération inédite. Lundi 25 mai, Villa Azul, un quartier précaire de la banlieue de Buenos Aires où vivent environ 3 000 personnes, a entièrement été mis sous cloche, pour deux semaines, après la découverte d’un foyer de contamination de coronavirus.