Le Pérou condamné par la Cour interaméricaine des droits de l'homme

Par

La juridiction a jugé l’État péruvien responsable de l’exécution extrajudiciaire de l’un des preneurs d’otages de l’ambassade du Japon, en 1997, alors qu’il était entre les mains des forces de l’ordre, désarmé et entravé. Le président Ollanta Humala a réagi en contestant devoir payer les frais de justice des deux ONG plaignantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je ne peux pas accepter que l’on dise que les commandos sont des délinquants », a commenté mardi le président péruvien et général en retraite Ollanta Humala. Dans un arrêt rendu public le 29 juin – et que l'on peut télécharger ici –, la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a condamné le Pérou pour l’exécution extrajudiciaire de l’un des preneurs d’otages de l’ambassade du Japon, Eduardo Cruz Sanchez, alors qu’il était entre les mains des forces de l’ordre, désarmé et entravé, le 22 avril 1997.