Au Québec, «l’ampleur de la défaite libérale» est une mauvaise nouvelle pour Trudeau

Par

Lundi 1er octobre, les Québécois étaient appelés aux urnes pour élire l’Assemblée de leur province. Dans un entretien à Mediapart, le chercheur Pierre Martin se livre à un décryptage des résultats électoraux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lundi 1er octobre, les Québécois étaient appelés aux urnes pour élire l’Assemblée de leur province. Ils ont placé en tête la Coalition avenir Québec (CAQ). Grâce au mode de scrutin uninominal à un tour (comme au Royaume-Uni), les 37,5 % de ce parti de droite se sont transformés en une majorité de sièges (74 sur 125).