L'Europe égarée ou le désastre hongrois

Par
« L'Europe est essentielle à notre avenir, à notre identité et à nos valeurs », déclarait Nicolas Sarkozy, le 31 décembre. Le lendemain, la Hongrie prenait pour six mois la présidence tournante de l'Union européenne en même temps qu'entrait en vigueur dans ce pays une loi contre la liberté de l'information digne d'un régime autoritaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« L'Europe est essentielle à notre avenir, à notre identité et à nos valeurs », déclarait Nicolas Sarkozy, le 31 décembre 2010, lors de ses vœux présidentiels. Or le lendemain, 1er janvier, la Hongrie prenait pour six mois la présidence tournante de l'Union européenne en même temps qu'entrait en vigueur, dans ce pays devenu membre de l'UE en 2004, une loi contre la liberté de l'information digne d'un régime autoritaire.