A Berlin, un «sommet du diesel» pour rassurer le conducteur… et l’électeur

Par Thomas Schnee

Alors que des soupçons de cartel secouent le secteur automobile en Allemagne, un sommet était organisé mercredi à Berlin pour apporter des solutions à la pollution de l’air par le diesel. Mais les recommandations a minima des constructeurs l’ont emporté. La rencontre était surtout destinée à rassurer les 15 millions de conducteurs de voitures diesels, dont une bonne partie ira voter aux législatives de fin septembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant - Ce n’est qu’un symbole, mais l’opération « sauver le diesel » lancée par le gouvernement fédéral sous la forme d’un grand « Sommet national du diesel » a commencé hier à Berlin par la fuite des participants face à quelques dizaines de militants pour l’environnement. Dans la matinée, un commando de Greenpeace avait déployé une large banderole « Bienvenue à Fort NOx » sur la façade du ministère des transports où devait se tenir la réunion. Le message est un jeu de mots qui fait référence, tout à la fois, à la forteresse réputée imprenable de Fort Knox, où les États-Unis entreposent leur or, et au NOx, la formule chimique des oxydes d’azote, des gaz nocifs abondamment libérés par les moteurs diesels (surtout le dioxyde d’azote NO2). À la suite de cette opération qui n'était pourtant pas vraiment menaçante, les participants de la rencontre ont préféré aller s’installer dans l’un des bâtiments les plus protégés de la République fédérale, le ministère de l’intérieur.