Les cinq plaies de Theresa May

Par Marion L'Hour

La conférence annuelle des conservateurs, à Manchester jusqu'au 4 octobre, met en lumière la fragile solidité de la première ministre britannique : de nombreux défis à relever mais personne, dans l’immédiat, pour lui succéder.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres (Royaume-Uni), correspondance.– « Brexit exit » et « Tories out »… Ces slogans scandés par la foule résonnent entre les bâtiments de briques rouges de Manchester, en marge de la conférence annuelle du parti conservateur, qui se tient du 1er au 4 octobre. Syndicalistes et militants de gauche suivent les manifestants anti-Brexit et, partout dans le cortège, des caricatures et pancartes attaquent la première ministre britannique. La police annonce 30 000 manifestants. Une paille pour Theresa May, accaparée par bien d’autres brûlants dossiers qui menacent son avenir politique et qu'elle tentera de dépasser, lors d'un discours très attendu, mercredi 4 octobre en fin de matinée.