Gaza: qui gagnera la guerre la perdra

Par

L'offensive terrestre israélienne à Gaza, lancée samedi soir après huit jours de bombardements aériens, a permis à Tsahal de couper en deux la petite enclave palestinienne et d'encercler la ville de Gaza.

Lire les dernières informations dans Notre conférence et notre Revue du web.

Mais ce qu'Israël peut gagner par les armes, ce n'est sûrement pas la paix, s'accordent à penser les commentateurs. Les faucons des deux côtés ont gagné des points et les négociateurs de la paix, Egypte et Fatah en tête, pourraient bien être balayés du paysage par la crise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Israël a peut-être gagné la guerre. Militairement, s’entend. Politiquement, c’est moins sûr. D'abord, l'attaque terrestre peut faire beaucoup de victimes, y compris dans les rangs des soldats israéliens et retourner une opinion soudée à son gouvernement, et lui aliéner les chancelleries occidentales. Ensuite, les Gazaouis, qui auraient pu se lasser d’un Hamas plus efficace dans l’imprécation que dans l’action depuis qu’il dirige sans partage la bande de Gaza, ont resserré les rangs autour du Mouvement de la résistance islamique.

A l’approche de la fin du mandat du rival, Mahmoud Abbas, le 9 janvier, cette victimisation lui permet de souligner sa différence avec le Fatah, considéré comme un interlocuteur acceptable par le gouvernement israélien. Surtout que depuis la trêve de juin 2008, c’était l’Egypte, largement pro-Abbas, qui menait la danse, comme l’explique, dans cette interview du 15 décembre, Barah Mikaïl (Iris) :