Aux Emirats, le pape appelle au dialogue et à la paix au Yémen

Par
Le pape François a lancé un appel au dialogue interreligieux et à la paix au Proche-Orient, notamment au Yémen, après avoir été reçu lundi par les dirigeants des Emirats arabes unis pendant la première visite d'un chef de l'Eglise catholique dans un pays de la péninsule arabique, terre de naissance de l'islam.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

ABOU DHABI (Reuters) - Le pape François a lancé un appel au dialogue interreligieux et à la paix au Proche-Orient, notamment au Yémen, après avoir été reçu lundi par les dirigeants des Emirats arabes unis pendant la première visite d'un chef de l'Eglise catholique dans un pays de la péninsule arabique, terre de naissance de l'islam.

Le souverain pontife s'est rendu dans le luxueux palais présidentiel d'Abou Dhabi dans une voiture ordinaire escortée par douze soldats de la garde montée émiratie, tandis que des jets de l'armée de l'air le survolaient en libérant des panaches de fumée blanche et jaune, les couleurs du Vatican.

François, qui a placé son voyage sous le signe du dialogue interreligieux, s'est ensuite entretenu en privé avec le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohamed bin Zayed al Nahyan, et avec d'autres dirigeants des Emirats arabes unis, le pays du Golfe considéré comme le plus tolérant envers la pratique de la foi chrétienne.

Il n'a cependant pas occulté la guerre au Yémen, où l'armée émiratie est très fortement engagée au sein de la coalition sous commandement saoudien, accusée de multiples bombardements contre la population civile.

"La guerre n'amène rien d'autre que la misère, les armes n'apportent que la mort... Ses conséquences tragiques sont sous nos yeux. Je pense en particulier au Yémen, à la Syrie, à l'Irak et à la Libye", a déclaré François après sa rencontre avec les dirigeants émiratis.

"Engageons-nous ensemble contre la logique de la force armée", a-t-il ajouté.

Des responsables du Vatican avaient assuré que le pape évoquerait la guerre au Yémen lors de son voyage, malgré le caractère sensible de ce sujet au Emirats. Ils n'avaient toutefois pas su dire s'il le ferait en public ou en privé.

Peu avant son départ pour les Abou Dhabi, dimanche, François avait déjà fait part de sa vive inquiétude face à la situation humanitaire au Yémen et exhorté toutes les parties prenantes du conflit à permettre la distribution de l'aide destinée aux millions d'habitants affamés.

Mardi, avant de repartir pour Rome, le pape dira une messe en plein air pour 135.000 catholiques dans un stade d'Abou Dhabi. Environ un million de catholiques vivent aux Emirats arabes unis, en grande majorité originaires des Philippines.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale