La Russie veut chasser l’Iran du sud de la Syrie

Par

À la veille d’une grande offensive que le régime syrien souhaite lancer contre Deraa, point de départ de la révolte syrienne en mars 2011, Moscou a demandé le retrait « dès que possible » des forces non syriennes des régions frontalières d’Israël. Satisfaction de l’État hébreu. Colère rentrée à Téhéran.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les forces iraniennes vont-elles se retirer du sud de la Syrie et de la frontière israélienne, et y cesser leurs opérations militaires sous la pression de Moscou ? Le 28 mai, Sergueï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères, a exigé, comme s’il était lui-même aux commandes du pays, que seule l’armée syrienne soit présente dans cette zone constituée autour de deux villes, Deraa et Kouneitra. Dans une autre déclaration, le 30 mai, il a insisté pour que le retrait de toutes les « forces non syriennes » installées dans la région frontalière avec Israël se fasse « dès que possible ».