jean-pierre perrin

Longtemps grand reporter à Libération, travaillant sur le Proche et Moyen-Orient. A présent, journaliste indépendant et écrivain. Auteur de romans policiers, dont Chiens et Louves (Gallimard - Série noire). de récits de guerre, dont Afghanistan: jours de poussière (La Table Ronde - grand prix des lectrices de Elle en 2003) Les Rolling Stones sont à Bagdad (Flammarion - 2003) La mort est ma servante, lettre à un ami assassiné - Syrie 2005 - 2013 (Fayard - 2013) Le djihad contre le rêve d'Alexandre (Le Seuil - prix Joseph Kessel - 2017) Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • En proie aux émeutes, Téhéran ne répond plus

    Par

    Face à l’ampleur des manifestations qui ont suivi l’annonce, vendredi soir, de l’augmentation du prix de l’essence, le régime de Téhéran a coupé Internet. Le mouvement de contestation semble se poursuivre en dépit d’une répression violente. Trois membres des forces de l’ordre auraient été tués, une centaine de banques déjà incendiées. Les gardiens de la révolution se préparent à intervenir.

  • Derrière la révolte irakienne, il y a aussi une colère contre les ingérences de l’Iran

    Par
    Des manifestants à Bagdad (Irak), le 7 novembre 2019. © REUTERS/Wissm al-Okili Des manifestants à Bagdad (Irak), le 7 novembre 2019. © REUTERS/Wissm al-Okili

    L’Irak est la pièce maîtresse de Téhéran sur l’échiquier stratégique de la région. Mais, en quelques semaines, toute la domination iranienne sur son voisin a chancelé, en raison de la révolte actuelle, qui a déjà fait près de 300 tués et environ 8 000 blessés.

  • Iran: un second chercheur français emprisonné

    Par
    La page de Roland Marchal sur le site du CERI. © DR La page de Roland Marchal sur le site du CERI. © DR

    Arrêté en même temps que la chercheuse Fariba Adelkhah, Roland Marchal, un spécialiste de l’Afrique, est détenu secrètement à Téhéran depuis juin. Un réfugié politique iranien en France a par ailleurs été enlevé en Irak. Ces arrestations visent à empêcher toute éventualité d’un rapprochement franco-iranien.

  • Irak: le cri d’une jeunesse abandonnée

    Par
    Un manifestant blessé est évacué vers l'hôpital après avoir été blessé, le 5 octobre, à Bagdad, lors d'un défilé anti-gouvernemental. © Reuters Un manifestant blessé est évacué vers l'hôpital après avoir été blessé, le 5 octobre, à Bagdad, lors d'un défilé anti-gouvernemental. © Reuters

    Les manifestations continuent dans les villes irakiennes, en dépit d’une répression de plus en violente qui a fait plus de 100 morts et 4 000 blessés. Depuis vendredi, des snipers sont entrés en scène. Pour la première fois, le conflit, qui oppose les jeunes chiites à un gouvernement chiite lui-aussi, n’est plus interconfessionnel.

  • La marche à la mort de Jamal Khashoggi 

    Par
    Manifestation devant le consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul (Turquie), le 25 octobre 2018. Manifestation devant le consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul (Turquie), le 25 octobre 2018.

    Proche de la famille royale, des services secrets et de Ben Laden, le journaliste connaissait les arcanes du pouvoir saoudien. Entré en dissidence contre Mohammed ben Salmane, il réunissait derrière lui les libéraux et les islamistes, qu’il voulait faire entrer en démocratie. Un an après son assassinat, l’affaire est semi-enterrée. Le prince héritier a admis sa responsabilité. Pour montrer qu’il tenait le pays.

  • Golfe: l’affrontement sans la guerre

    Par
    Hassan Rohani, à l'ONU, à New York, le 26 septembre 2019. © Reuters Hassan Rohani, à l'ONU, à New York, le 26 septembre 2019. © Reuters

    Hassan Rohani a refusé de rencontrer Donald Trump à New York. Mais l’attaque des drones contre les raffineries saoudiennes a changé la donne. Le bloc saoudien se fissure. Téhéran a désormais de nouvelles cartes en main.

  • L’immolation de la «jeune fille bleue» bouleverse l’Iran

    Par
    Des supporters portent une banderole en soutien aux femmes iraniennes. © Reuters Des supporters portent une banderole en soutien aux femmes iraniennes. © Reuters

    Craignant d’être emprisonnée pour avoir tenté d’entrer dans un stade lors d’un match de football, Sahar s’est fait brûler vive devant le tribunal. Son sacrifice suscite d’intenses réactions sur les réseaux sociaux. Même la FIFA, la fédération internationale de football, a réagi.

  • Yémen: la guerre dans la guerre

    Par
    Enterrement d'un enfant, début septembre 2018. © Reuters Enterrement d'un enfant, début septembre 2018. © Reuters

    En cherchant à s’emparer de la ville d’Aden, transformée en champ de bataille, les séparatistes du Sud ouvrent un second front et disloquent l’alliance contre les houthis. Washington rebat aussi les cartes en annonçant négocier avec les rebelles.

  • Cinq ans après le génocide, 3 000 femmes yézidies toujours disparues

    Par
    Une fillette de 6 ans, sur la route de l’exode en 2014. © Youssef Boudlal / Reuters Une fillette de 6 ans, sur la route de l’exode en 2014. © Youssef Boudlal / Reuters

    Cinq ans après le génocide perpétré dans le nord de l’Irak par l’État islamique, la situation des Yézidis reste dramatique. La région est toujours instable, les villages ne sont pas reconstruits et 400 000 personnes demeurent dans des camps. Les enfants nés des viols ne sont pas intégrés et ceux qui furent embrigadés rejettent leurs familles.

  • A Idlib en Syrie, l’agonie et le cynisme

    Par
    Les décombres d’une habitation d'Idlib à la suite d’un bombardement de l'armée syrienne, le 16 juillet. © White Helmets Les décombres d’une habitation d'Idlib à la suite d’un bombardement de l'armée syrienne, le 16 juillet. © White Helmets

    Les bombardements de la dernière poche insoumise par Damas et Moscou poussent la population vers la frontière turque en prévision d’une offensive terrestre. Ankara pourrait limiter son soutien aux rebelles en échange d’un blanc-seing du régime syrien pour attaquer les Kurdes.