La Turquie plongée dans une logique de guerre intérieure

Par

En prétextant combattre Daech, le président turc Erdoğan s'est lancé dans une guerre intérieure contre la mouvance kurde et la gauche plurielle du Parti démocratique des peuples (HDP). En l'absence d'accord sur le gouvernement, de nouvelles élections pourraient avoir lieu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul, correspondance. - Quand à l’aube du 24 juillet, l’armée de l’air turque bombarde des positions de Daech en Syrie, ces frappes sont perçues comme un revirement du gouvernement d’Ankara, accusé jusque-là de complaisance avec les djihadistes. Preuve en est l’acceptation par le président Recep Tayyip Erdoğan que des bases aériennes soient utilisées par l’aviation américaine.