Les journalistes et le roi: les dessous d’un coup tordu

L’affaire du « chantage » qui aurait été exercé sur le roi du Maroc, Mohammed VI, par deux journalistes français est plus complexe qu’il n’y paraît, au vu des pièces du dossier judiciaire dont Mediapart a pris connaissance.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Annoncée à grands roulements de tambour par l’un des avocats du roi du Maroc, le médiatique Éric Dupond-Moretti, l’affaire des deux journalistes français – Éric Laurent (68 ans) et Catherine Graciet (41 ans) – mis en examen voici une semaine pour chantage et tentative d’extorsion de fonds est plus complexe qu’il n’y paraît. Les décryptages d’enregistrements de conversations qui figurent au dossier judiciaire, ainsi que les dépositions des deux journalistes en garde à vue – dont Mediapart a pris connaissance – montrent en fait une réalité assez grise, pour partie ténébreuse, où l’opportunisme machiavélique du palais chérifien semble avoir rencontré la fragilité de deux auteurs de livres ayant perdu leurs repères éthiques et déontologiques.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal