Juncker en père La Rigueur

L’ex-premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, candidat à la présidence de la Commission européenne, se dit opposé au fait que la France bénéficie d’un nouveau délai pour réduire son déficit public.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ex-premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, candidat du centre droit à la présidence de la Commission européenne, s’est dit samedi opposé au fait que la France bénéficie d’un nouveau délai pour réduire son déficit public. La France, qui a déjà obtenu un report jusqu’en 2015 pour être dans les limites des règles budgétaires européennes, « ne peut pas encore une fois avoir un passe-droit », a-t-il déclaré lors d’un point de presse à Berlin.