Climat: les négociations avancent dans la confusion

Par

Il ne reste que cinq jours de négociations avant l’ouverture en novembre prochain de la conférence de Paris sur le climat, la COP 21, et il n’existe toujours pas de texte d’accord viable. Les objectifs de réduction de gaz à effet de serre des États sont beaucoup trop faibles : le monde est sur une trajectoire de +3°.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il ne reste que cinq jours de négociations avant l’ouverture de la conférence de Paris sur le climat, la COP 21, et il n’existe toujours pas de texte d’accord viable. Vendredi 4 septembre, s’est conclue à Bonn l’avant-dernière session de discussions avant l’ouverture en décembre du sommet officiel de l’ONU.

La semaine s’est achevée dans une grande confusion. Les coprésidents du processus de négociation, l'Américain Daniel Reifsnyder et l'Algérien Ahmed Djoghlaf, doivent préparer un document de travail destiné à servir de base à un projet d’accord pour début d’octobre, avant que ne s’ouvrent les derniers jours de discussions préparatoires (du 19 au 23 octobre). Mais le texte actuel fait toujours plus de 80 pages et, surtout, il énumère les positions divergentes des États en une longue liste, inutilisable en l’état.