Une Ukraine en guerre s'apprête à reprendre le chemin des urnes

Par

C'est une Ukraine en guerre et en profonde récession qui s'apprête à voter, cinq mois après l'élection du président Porochenko. Cette fois-ci, il s'agit d'élire l'assemblée nationale, dont la composition actuelle date de la présidence Ianoukovitch.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans à peine plus de trois semaines, le 26 octobre, les Ukrainiens iront voter. Tous ? Probablement pas. Dans l'est, dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk, comme pour l'élection présidentielle de mai dernier, le scrutin n'aura pas lieu. Des élections législatives s'y tiendront en revanche le 2 novembre, et des élections locales le 7 décembre, ont annoncé les séparatistes — comme pour creuser encore un peu plus le divorce avec la capitale ukrainienne. Les autorités pro-russes ont en effet rejeté le « statut spécial » proposé par Kiev début septembre, qui devait conférer aux provinces de l'est davantage d'autonomie et une amnistie sous conditions pour les combattants. Revendication du mouvement du Maïdan cet hiver, l'élection d'une nouvelle Rada va donc se dérouler dans un pays aujourd'hui amputé de deux régions — la Crimée, annexée depuis par la Russie, et cette partie de l'est autour de Donetsk et Lougansk, sous contrôle séparatiste —, et dont l'avenir est plus qu'incertain.