Lula aux portes de la prison, climat délétère au Brésil

Par

Un juge a donné 24 heures à Lula, accusé de corruption dans le scandale Petrobras, pour se présenter à la police. Les spéculations allaient bon train pour savoir si l’ancien président allait se rendre de lui-même en prison ce vendredi 6 avril, alors que la figure du PT est toujours le favori des élections présidentielles d’octobre prochain. Le climat politique est délétère.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.- « Lula ne se livrera pas. » La révélation du journal Folha de S. Paulo a affolé les réseaux sociaux ce vendredi 6 avril au matin. La veille, la demande d’incarcération de l’ex-président par le juge Moro avait déjà surpris tout le monde. L’arrestation de Lula n’était prévue que dans les jours à venir après quelques formalités traditionnelles. Les avocats de Lula parlent d’ailleurs de bouleversement du processus légal et un éditorialiste, adversaire notoire du Parti des travailleurs (PT) de Lula, parle d’une « procédure d’exception » fondée sur « des interprétations exotiques des codes légaux ».