Enquête russe: William Barr visé pour outrage au Congrès

Par
Les démocrates de la Chambre des représentants ont recommandé lundi que le ministre américain de la Justice William Barr soit reconnu coupable d'outrage au Congrès, pour ne pas avoir accédé à leur demande de remettre une version non expurgée du rapport Mueller sur l'enquête russe.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - Les démocrates de la Chambre des représentants ont recommandé lundi que le ministre américain de la Justice William Barr soit reconnu coupable d'outrage au Congrès, pour ne pas avoir accédé à leur demande de remettre une version non expurgée du rapport Mueller sur l'enquête russe.

La commission des Affaires judiciaires de la Chambre avait donné à l'Attorney General nommé par Donald Trump jusqu'à 09h00 (13h00 GMT) pour lui transmettre le rapport complet.

Elle se réunira à nouveau mercredi à 10h00 (14h00 GMT) pour voter sur son projet de résolution. En cas d'adoption, le texte serait soumis au vote de l'ensemble de la Chambre, où les démocrates sont majoritaires depuis janvier.

Si le texte est approuvé par la chambre, la procédure pourrait avoir des conséquences judiciaires pour William Barr, qui pourrait être poursuivi au civil.

La résolution invite la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, à "prendre toutes les mesures appropriées" pour contraindre William Barr de transmettre l'intégralité du rapport Mueller à la commission des Affaires judiciaires.

Jerrold Nadler, le président démocrate de la commission, a réclamé ce document intégral le 19 avril dernier, au lendemain de la publication par le département de la Justice d'une version expurgée des 448 pages.

William Barr a présenté le 24 mars une note de synthèse du rapport dans laquelle il exonère Donald Trump de tout soupçon de conspiration avec la Russie ou d'obstruction à la justice mais Robert Mueller s'est plaint directement auprès de lui, dans un courrier, d'une présentation de ses conclusions, qu'il juge "trompeuse".

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale