«Les régimes autoritaires ont eux aussi besoin de se légitimer»

Par

Entretien filmé avec la politiste Eugénie Mérieau, auteure de La Dictature, une antithèse de la démocratie ? Elle y démonte quelques idées reçues sur les vulnérabilités et les spécificités supposées de l’autoritarisme. 

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

© Mediapart

Malgré les soulèvements populaires partout dans le monde, les dirigeants forts et les régimes autoritaires semblent avoir gagné du terrain depuis le début du XXIe siècle. C’est ce que confirme la politiste et juriste Eugénie Mérieau, auteure d’un ouvrage publié aux éditions du Cavalier bleu, La Dictature, une antithèse de la démocratie ?, dans lequel elle décortique les idées reçues sur l’autoritarisme et les différents régimes politiques en général.

Elle s’attache à montrer les failles des théories très influentes de la modernisation, selon lesquelles le développement économique, l’urbanisation ou l’accroissement des classes moyennes joueraient en faveur des transitions démocratiques. On en parle au début de l’émission, avant de détailler les mécanismes de « l’ingénierie autoritaire », tant il est vrai que les autocrates n’usent pas que de la répression pour se maintenir en place, mais cherchent à reproduire leur légitimité auprès de la population. De nombreux exemples sont mobilisés, notamment en Asie du Sud-Est, région d’expertise de l’auteure. 

L’entretien s’achève par le commentaire de la citation d’Albert Camus qui clôt l’ouvrage d’Eugénie Mérieau : « Qu’est-ce que l’homme ? Il est cette force qui finit toujours pas balayer les tyrans et les dieux. »

☞ Cette émission s’inscrit dans la collection « Les voies du pouvoir ». Vous pouvez retrouver ici l’ensemble des entretiens filmés du journal.

☞ Cette émission est également disponible en podcast (à retrouver ici).

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous