L’armée birmane à l’assaut du mouvement de désobéissance civile

Par et The Myanmar Photo Project

Un mois après le coup d’État, des dizaines de manifestants prodémocratie ont été assassinés dans les rues du pays et les images que des médias parviennent à transmettre au monde exposent la machine militaire birmane dans sa terrifiante brutalité. Reportage d'un collectif de photoreporters qui documentent la contestation au risque de leur vie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Yangon, Pyay, Salin, Monywa, Lashio, Thandwe (Birmanie).– «Je prenais des photos des troupes derrière les barricades quand j’ai vu un pistolet pointé sur moi. Les policiers, qui n’étaient pas du coin, se sont précipités, m’ont battu puis m’ont tiré dessus. Aujourd’hui marque le début de la démolition du mouvement de désobéissance civile. » Dimanche 28 février, Z. a été touché au visage et au cou par deux balles en caoutchouc.