Dossier: l'Europe face à la tragédie des réfugiés

Les grandes villes d’Europe veulent dire leur mot dans la crise des réfugiés

Elles sont aux premières loges de la crise migratoire qui bouscule l’Europe. Les grandes villes, d'Athènes à Amsterdam, réclament davantage de moyens. Ce sont elles qui innovent, pour répondre à des défis gigantesques. Exemples à Barcelone (Espagne), Malmö (Suède) et Mannheim (Allemagne).

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles. - Les grandes villes d’Europe se trouvent aux avant-postes de la crise des réfugiés, confrontées depuis l’été 2015 à des urgences très concrètes en matière de logement ou d’éducation. Mais c’est à peine si elles ont leur mot à dire dans l’élaboration des politiques censées répondre, à l’échelle de l’UE, à ce défi majeur : l’accueil et l’intégration d’un million de réfugiés, en majorité syriens, sur le sol européen. « Nous devons faire partie de la solution », a revendiqué Ada Colau, la maire « indignée » de Barcelone, en marge d’une réunion, mardi 5 avril à Bruxelles, avec d’autres édiles venus de toute l’Europe, et deux commissaires européens, dont le Grec Dimitris Avramopoulos.
« Non seulement nous voulons aider davantage, mais nous avons par ailleurs l’obligation légale d’accueillir et d’aider les réfugiés. Nous voulons faire de cette crise une opportunité pour l’Europe », a poursuivi Colau, à contre-courant de la plupart des discours de chefs d’État et de gouvernement qui, chaque mois, se crispent davantage sur le sujet. Également présent, le maire d’Athènes, Giorgos Kaminis, qui a vu passer, depuis janvier 2014, environ 500 000 réfugiés par le port du Pirée, a plaidé pour « un réseau de villes solidaires » à travers l’Europe, afin de contrer le manque de solidarité de certaines capitales de l’UE, en particulier à l’Est.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions