«Europe: Berlin domine mais ne répond pas»

Par

Entretien avec l'intellectuel allemand Claus Leggewie qui, dans un ouvrage à paraître ce vendredi, saisit l’occasion des élections pour appeler les dirigeants allemands à cesser leur politique hégémonique sous couvert de discours pro-européen. Il faut, dit-il, que Macron n’hésite pas à faire pression sur Berlin pour que les deux pays se placent à la pointe des réformes de l’Union européenne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.– Claus Leggewie, 67 ans, est professeur en sciences politiques. Il a été conseiller du gouvernement fédéral sur les questions environnementales, mais aussi enseignant et chercheur invité dans plusieurs universités européennes et américaines. Il est aujourd’hui directeur du Centre for Global Cooperation Research de l’université Duisbourg-Essen, un centre dédié à l’étude des modes de coopération entre pays, États et sociétés. Francophone et francophile, il a aussi étudié en France et consacré sa thèse de doctorat à la décentralisation française. Il publie ce vendredi 8 septembre un nouveau livre (Europa zuerst, eine Unabhängigkeitserklärung, Ullstein) où il critique la politique européenne de l'Allemagne et de ses dirigeants. Entretien.