Comme toujours, l’armée française nie toute bavure au Mali

Par

Près de vingt hommes ont été tués, et plusieurs blessés, dimanche 3 janvier près du village de Bounti, au centre du Mali. L’armée française assure qu’il s’agissait de djihadistes, mais il semble que des civils qui participaient à un mariage ont également été frappés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était jour de mariage, dimanche 3 janvier à Bounti, village peul situé dans une zone reculée du centre du Mali, à mi-distance entre les villes de Douentza et de Boni. Cette région semi-désertique est en partie contrôlée par des djihadistes liés au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), qui y imposent leur loi.