La révolte en Bosnie-Herzégovine peut annoncer un «printemps des Balkans»

Par

Depuis vendredi, la situation échappe à tout contrôle en Bosnie-Herzégovine. Parties de Tuzla, des émeutes de la misère se sont étendues à tout le pays, jusqu'à Sarajevo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est vers 14 heures, vendredi après-midi, que les manifestants ont investi le siège du gouvernement de la Fédération de Bosnie-Herzégovine, à Sarajevo. Dossiers et ordinateurs ont valsé par les fenêtres avant que le feu ne soit mis au bâtiment. Deux heures plus tard, des flammes jaillissaient aussi de l'immeuble de la présidence collégiale de l’État. L’immense foule massée sur le plateau de Skenderija, en plein centre de Sarajevo, bloquait les pompiers, qui se sont vite résolus à faire demi-tour.