Au Chili, «notre féminisme a un visage subversif»

Par Marion Gonidec

Valentina Gatica Gómez, 22 ans, présidente de la Fédération des étudiantes de la Universidad Austral de Chile (UACH) depuis 2018 (deuxième femme à occuper ce poste), militante du mouvement Socialismo y Libertad (MPSOL) au sein du Frente Amplio, explique comment le mouvement chilien pour une éducation non sexiste est né. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Valentina Gatica Gómez, 22 ans, présidente de la Fédération des étudiantes de la Universidad Austral de Chile (UACH) depuis 2018 (deuxième femme à occuper ce poste), militante du mouvement Socialismo y Libertad (MPSOL) au sein du Frente Amplio, explique comment le mouvement chilien pour une éducation non sexiste est né.