«L’obsession du 5e mandat mènera l’Algérie vers un dangereux chaos»

Par

En, Algérie, le conseil national de Jil Jadid, présidé par Sofiane Djilali, exprime son inquiétude face aux symptômes de « la dégradation avancée des institutions de la République ».

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le conseil national du parti de Sofiane Djilali, Jil Jadid, réuni dimanche 7 octobre en session ordinaire, estime que la multiplication des cafouillages au sommet de l’État algérien ainsi que les couacs que connaissent certaines institutions s’avèrent un signe d’une fin de règne douloureuse.

« Alors que les pouvoirs présidentiels ont été confisqués par l’entourage du président de la République, voilà que l’Assemblée populaire nationale est atteinte par les répliques de cette grave rupture constitutionnelle, prémices probables de prochaines secousses à d’autres niveaux », souligne le conseil national de Jil Jadid, qui insiste sur « la confusion qui règne au sommet de l’État ». Les manœuvres politiciennes des partis et le désordre général qui s’installe dans la durée sont, pour ce parti, « la manifestation d’une fin de règne chaotique ».

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale