Les facultés grecques sont en pleine banqueroute

Par

Deux des plus grosses universités d'Athènes, en quasi-faillite, n'ont pas ouvert depuis la rentrée universitaire. Des milliers de licenciements sont en cours dans les établissements alors que les salaires des enseignants-chercheurs ont baissé de près de 40 % depuis 2010. La recherche est elle aussi mise au pain sec et le pays est confronté à une vaste fuite de ses cerveaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Athènes, de notre correspondante