mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été sur Mediapart !

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Mediapart ven. 26 août 2016 26/8/2016 Édition du matin

Khadija Ryadi: «Au Maroc, la lutte contre le terrorisme est utilisée pour opprimer les dissidents»

14 février 2016 | Par Ilhem Rachidi

Depuis trois ans, une répression silencieuse cible de nombreux activistes et journalistes au Maroc. Khadija Ryadi, ancienne présidente de l'Association marocaine des droits humains, dresse un bilan extrêmement critique de l'évolution récente du Maroc.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rabat, Maroc, de notre correspondante. – Depuis maintenant trois ans, une répression silencieuse cible de nombreux activistes et journalistes au Maroc. Khadija Ryadi, ancienne présidente de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), l'une des organisations les plus influentes du monde arabe, et prix des Nations unies pour les droits de l'homme en 2013, dresse un bilan extrêmement critique de l'évolution récente du Maroc. Elle revient sur un nouveau tour de vis sécuritaire annoncé en 2014 devant le parlement par le ministre de l'intérieur, qui accusait les ONG de défense des droits de l'homme de servir des agendas extérieurs et d'affaiblir la lutte contre le terrorisme. Une lutte instrumentalisée, selon elle, pour réduire au silence les associations trop critiques et opprimer les dissidents.

Mots-clés