La société américaine est malade

La crise profonde qui frappe l’Amérique constitue un avertissement pour les Européens, tant les risques de contagion sur notre continent sont importants à l’heure d’Internet et des plateformes numériques. Analyse d'Antoine de Tarlé sur son blog de Telos.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le massacre du 14 février dans une école de Floride comporte plusieurs leçons importantes même si les conséquences de ce traumatisme national peuvent orienter le pays dans des directions différentes voire opposées. L’exploitation rapide de cet événement par de nombreux sites idéologiquement très marqués à l’extrême droite, racistes, antisémites ou néonazis, mais qui conservent des liens avec une frange du parti républicain au pouvoir et soutiennent Donald Trump, est un fait à prendre sérieusement en considération. Il existe désormais un bloc de médias alternatifs qui dispose de financements non négligeables et qui est apprécié par des millions d’usagers qui les consultent par le biais de Facebook ou de YouTube. Comme le remarquent les observateurs les plus lucides, les responsables de ces dangereuses divagations ne sont pas des Russes malfaisants mais des citoyens de l’Amérique profonde. Ces derniers combinent leur haine de l’establishment avec l’appât du gain grâce à la publicité qui apprécie encore trop souvent leur audience.