Ali Bayramoglu: «Les municipales turques font renaître l’espoir dans l’opposition»

Par

La victoire de l’opposition à Istanbul – où elle est encore contestée par le parti présidentiel – et à Ankara, lors des municipales organisées dimanche 31 mars, a fait souffler un vent de renouveau sur la Turquie. Selon le politologue et éditorialiste Ali Bayramoglu, elle ouvre la voie à une reconfiguration de la scène politique, tant à gauche que dans le camp islamo-conservateur au pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant. – Les élections municipales ont fait souffler un vent de nouveauté dimanche en Turquie en offrant une victoire inattendue au principal parti d’opposition, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), dans la capitale Ankara ainsi que dans la métropole de plus de 15 millions d’habitants que constitue Istanbul. Alors que le suspense subsiste dans cette ville en raison d'un recomptage des voix réclamé par le parti présidentiel de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), Ali Bayramoglu, politologue à l'université Sehir d'Istanbul et observateur expérimenté de la vie politique turque, tire les premiers enseignements de ce scrutin.