En Libye, le maréchal Haftar pulvérise le processus de paix

Par

En lançant jeudi 4 avril une offensive militaire pour conquérir la capitale Tripoli, l’autoproclamé chef de l’Armée nationale libyenne (ANL) qui se rêve un destin à la Sissi a pulvérisé un long et déjà très laborieux processus de paix.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chassez le naturel du maréchal libyen Khalifa Haftar, il revient au galop. L’ex-soutien du dictateur Kadhafi, 75 ans, qui s’est imposé ces dernières années auprès de la communauté internationale comme un acteur clé de la sortie du bourbier libyen, l'autoproclamé chef de l'Armée nationale libyenne (ANL) qui contrôle l’est et une grande partie du sud de la Libye, étale sa nature de va-t-en-guerre violent et sanguinaire à la face du monde.