L'Afrique au centre (1) - Comment la Chine s'est emparée d'un continent

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

 

La Chinafrique, Pékin à la conquête du continent noir, de Serge Michel et Michel Beuret, Grasset, 2008, 19,50 euros. L'enquête de ces deux journalistes, qui ont arpenté 11 pays africains, est accompagnée d'un reportage photo de Paolo Woods. Qui est également l'auteur des deux photographies, tirées du livre, qui illustrent notre article.

 

 

 

 

L'Offensive chinoise en Afrique, de Philippe Richer, éditions Karthala, 2008, 18 euros. Une approche historique (depuis les grandes expéditions des Ming) et géopolitique de la question, par un ancien ambassadeur de France au Vietnam.

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Economie politique, n°38, éditions Alternatives économiques, avril 2008, 10 euros.

Avec un long article de Jean-Raphaël Chaponnière (AFD) intitulé : «Afrique : quand la Chine change la donne».

 

 

 

 

 

 

 

 

 


China returns to Africa. A Rising Power and a Continent Embrace, ouvrage de référence, dirigé par Chris Alden, Daniel Large et Ricardo Soares de Oliveira, édition Hurst, mai 2008, 65 livres. On en reparlera plus tard dans la semaine.

 

 

 


Capitalismes et capitalistes en Chine. Des origines à nos jours, de Marie-Claire Bergère, éditions Perrin Asie, 2008, 21,50 euros. Pour lire des extraits du livre, en PDF, c'est ici.

 

 

 

 

 

 


Voyages du développement. Emigration, commerce, exil, sous la direction de Fariba Adelkhah et Jean-François Bayart, Editions CERI-Karthala, 2007. Avec un article de Roland Marchal, du CERI, proposant une perspective inversée, sur les investisseurs africains en Asie : «Hôtel Bangkok-Sahara». Pour patienter avant la sortie, aux presses de Science-Po, d'un ouvrage de Marchal intitulé : Afrique-Asie, une autre mondialisation ? (annoncé pour 2008).

 

 

 




 

 

Le traditionnel Atlas de la mondialisation, aux presses de Science-Po, consacre cette année une trentaine de pages au développement de la Chine (22 euros).

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Depuis le lancement du site il y a presque trois mois, des dizaines d'informations ont confirmé, à intervalles réguliers, la montée en puissance de la Chine et de l'Inde en Afrique : signature de contrats juteux ici et là en Afrique, rapport du Parlement européen sur la question, conférence de presse d'officiels chinois à Paris, batterie de working papers du centre de développement de l'OCDE sur le sujet, etc. Jusqu'à présent, nous n'en avions pas dit mot. A chaque fois, la même gêne : évoquer par le tout petit bout de la lorgnette une tendance de fond complexe et hautement polémique, se retrouver contraint de relayer les chiffres publiés par Pékin ou lus un peu partout dans la presse, faute d'en savoir plus sur le sujet, faute d'avoir enquêté un tant soit peu. Nous avons donc attendu, quitte à perdre en réactivité.

 


Les partis pris de la série sont simples : raconter cette mondialisation Sud-Sud qui en dit beaucoup plus sur l'état du monde que les grandes conférences internationales et leur langue feutrée, faire le tri dans l'abondante littérature parue sur le sujet en donnant le plus possible la parole aux chercheurs sur le terrain, constituer une base de référence qui nous permette, dans les mois à venir, de rebondir plus vite sur tel ou tel événement que l'on jugera significatif. Bref, constituer, doucement, une mémoire du site sur ces sujets à nos yeux décisifs.