Fiscalité des multinationales : accord perdant pour les pays du Sud

Par Fabien Grasser

Les pays en développement seront les perdants de la réforme de la fiscalité des multinationales, prévient un groupe d’économistes, dont Joseph Stiglitz, « prix Nobel d’économie », quelques jours après la publication des Pandora Papers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Avec cet accord, nous avons le choix entre une mauvaise solution et la pire des solutions » : Martin Guzman, ministre argentin de l’économie, résume en une phrase le dilemme auquel sont confrontés les pays en développement face à la réforme internationale de la fiscalité des multinationales, en voie d’être entérinée.