La lutte mondiale contre le dopage court plus vite mais court toujours derrière

Par Federico Franchini

Ce lundi 9 novembre à Genève, la commission indépendante de l’Agence mondiale antidopage (AMA) publie un rapport explosif sur les cas de dopage et de corruption organisés dans l’athlétisme mondial, dont Mediapart a révélé les premiers éléments. Enquête sur vingt ans de scandales, d’omerta mais aussi d’avancées notables, dans un monde clos, complexe et méconnu : la lutte antidopage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lausanne, cité olympique, siège de nombreuses fédérations sportives internationales et du Tribunal arbitral du sport (TAS). Ce vendredi 6 novembre, le rendez-vous est pris à la périphérie nord de la ville, où se situe le Laboratoire suisse d'analyse du dopage (LAD), de réputation mondiale. C’est ici, dans ce bâtiment créé notamment pour les start-up actives dans les biotechnologies, que les scientifiques du LAD effectuent chaque année entre 10 000 et 14 000 analyses à partir des échantillons d'urine et de sang prélevés sur des athlètes.