Ventes d’armes: la France refuse toujours la transparence

Par

Le gouvernement français a toujours pris la peine de dissimuler les armements exportés à l’étranger par des entreprises tricolores. Alors que des gros clients de la France mènent une guerre cruelle au Yémen, nous avons cherché à savoir s’ils avaient recours à des armes françaises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Face au malaise grandissant que provoquent les ventes d’armes françaises aux pays du golfe Persique impliqués dans la guerre au Yémen, la ministre des armées Florence Parly a cru bon de justifier ce commerce récemment à l’antenne de BFMTV : « On ne vend pas des armes comme des baguettes de pain. » Certes, pour qu’une entreprise hexagonale du secteur puisse exporter ses produits à l’étranger, il faut qu’elle obtienne une série d’autorisations, comme l’a rappelé la ministre dans la même interview : « Les ventes d'armes sont interdites sauf autorisation expresse, [qui] est délivrée après un examen extrêmement rigoureux et minutieux. Si on vend des armes, c'est qu'il y a des raisons sérieuses, comme une raison de sécurité géopolitique. »