Colombie: l’ex-guérilla des Farc intègre avec difficulté le jeu électoral

Par

Sept mois après avoir déposé les armes, l’ex-guérilla colombienne présente pour la première fois des candidats aux élections législatives, qui ont lieu ce dimanche. La participation des ex-rebelles des Farc est prévue par l’accord de paix signé à La Havane en 2016.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bogotá (Colombie), correspondance.– Certains passants regardent d’un air incrédule le sigle Farc sur leurs tee-shirts. La plupart ne lèvent pas les yeux et refusent le tract tendu par les militants. Plus rarement, une insulte fuse. « Pas ces fils de p… ! », lance un père de famille. En cette campagne électorale législative (le vote se tient ce dimanche 11 mars), le baptême du feu politique est douloureux pour l’ex-guérilla, qui se rêvait armée du peuple. Même enjolivé d’une rose rouge, symbole du nouveau parti, le nom Farc évoque les pires moments du traumatisme national qu’a été le conflit colombien.