Gina Haspel, visage candide de la torture «made in USA»

Par

Pour diriger la CIA, Donald Trump a choisi Gina Haspel, 33 ans de maison, impliquée dans les programmes de torture de l'après-11-Septembre. Devant les sénateurs, elle a juré que cette époque était révolue. Sans condamner les agissements d'une institution dont elle a gravi tous les échelons.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– « Bloody Gina ! Vous êtes une tortionnaire ! » La femme au tee-shirt rouge est vite évacuée par la police du Congrès. Peu après, un autre protestataire est extirpé manu militari. Il s'agit de Ray McGovern. Pas n'importe qui : dans les années 80, ce barbu de 78 ans était analyste à la CIA. Chaque matin, il était chargé de briefer confidentiellement le président Ronald Reagan sur les derniers soubresauts du monde.