Les Etats-Unis veulent freiner l’influence de la Chine dans le Grand Nord

Par Marine Jeannin

Le secrétaire d’État américain a provoqué une crise au sein du Conseil de l'Arctique, un forum qui se contentait jusqu'à présent de prôner davantage de coopération entre les États dits « du Grand Nord », dont les États-Unis et la Russie, sur les questions environnementales. « Plus maintenant », a décrété Mike Pompeo, qui s’en est pris à l’influence croissante de Moscou, mais surtout de Pékin, dans cette région stratégique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rovaniemi (Finlande), envoyée spéciale.- Stratégie cohérente ? Cacophonie ? Visées électorales ? Depuis la fin de la réunion du Conseil de l’Arctique, mardi 7 mai à Rovaniemi, dans le nord de la Finlande, les observateurs de la région débattent sans fin de la nouvelle position des États-Unis. L’annulation mercredi de la visite de Mike Pompeo au Groenland ne va pas faciliter leurs affaires : plus personne n’y voit clair.