Malgré les menaces, la journaliste Maria Ressa «défie l’impunité» du président philippin

Par

Les Philippines élisent leurs parlementaires ce lundi 13 mai. Le président et autocrate Rodrigo Duterte pourrait en sortir renforcé. Fondatrice du média en ligne Rappler, la journaliste Maria Ressa, personnalité de l’année pour le magazine Time, est harcelée par le pouvoir de Manille. « Nous continuerons à faire notre travail », assure-t-elle à Mediapart.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Maria Ressa, 55 ans, est devenue la bête noire du président philippin ultranationaliste Rodrigo Duterte, élu en 2016, qui s’est un jour comparé à Hitler, a traité Barack Obama de « fils de pute » et a surtout déclenché une guerre sanguinaire contre les cartels.