«Sur la route du Danube», une réécriture de l’Europe à vélo

Par Jean-Louis Tissier (En Attendant Nadeau)

En 1986, dans le sens du courant, mais avant le lever du rideau de fer, Claudio Magris avait piloté une croisière majestueuse au fil du grand fleuve. Trente ans après, Emmanuel Ruben et son ami Vlad affrontent à vélo les rugosités de la route, les adversités de la pente, au plus près des « vies minuscules » des sociétés riveraines.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une équipée de 3 000 km, menée de l’aval à l’amont, d’Odessa à Fribourg-en-Brisgau, soit une cinquantaine de jours (et de nuits) durant l’été 2016. Dans ce voyage, l’état des lieux contemporains précède toujours les rappels historiques, et ce que l’auteur qualifie d’« extases géographiques ». Celles-ci scandent cette longue diagonale, des steppes quasi eurasiatiques de la Roumanie aux Mittelgebirge de l’Allemagne, où se nichent les tourbières dont le trop-plein verse, goutte à goutte, son tribut au Danube.