En Irak, l’offensive des djihadistes de l’EIIL bouleverse la donne régionale

Par

Onze ans après l'invasion américaine, la soudaine percée de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) efface la frontière dite de Sykes-Picot qui sépare la Syrie de l’Irak et montre l’impuissance des forces de sécurité irakiennes. Obama n'exclut pas des bombardements.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une offensive sans précédent en Irak depuis le départ des troupes américaines en 2011. Après la chute soudaine de Mossoul (deux millions d'habitants, la deuxième plus grande ville du pays), et de la région de Ninive, mardi 10 juin, ce sont six secteurs de la province pétrolière de Kirkouk et deux de la province de Salaheddine qui sont désormais occupés par l'organisation djihadiste de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL).