Dans l’est de la Turquie, l’opposition kurde a repris des mairies dépouillées par les équipes d’Erdogan

Par

En dépit de manipulations électorales flagrantes dans l’est de la Turquie, le parti de gauche et kurde HDP est parvenu lors des municipales du 31 mars à reconquérir près de 60 % des villes dont il avait été spolié par décision judiciaire en 2016. Mais dans nombre d’entre elles, les administrateurs nommés par Ankara ont vidé les caisses et le patrimoine immobilier avant de partir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cizre, Diyarbakir, Mardin et Sirnak (Turquie), de notre envoyé spécial. – « Attention, si je sors les factures, vous n’allez plus pouvoir m’arrêter. Je peux vous en parler pendant des jours. » Furibard, Ahmet Türk s’empare d’une liasse de documents posée sur son bureau, et la compulse avec frénésie. « Regardez : ça, ce sont les factures pour les cadeaux aux visiteurs officiels. Normalement, en Turquie, ils ne dépassent jamais une valeur de 1 000 ou 2 000 livres turques (150 à 300 euros). Mais là… »