Egypte : «On a réussi une révolution sans armes»

Par
Au Caire, la fête s'est prolongée très tard pour célébrer le départ de Moubarak. Dans les rues, beaucoup d'espoir; quasiment aucune crainte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans les rues du Caire, les Egyptiens hurlent leur joie, la chantent, la klaxonnent. Rien ni personne ne pourra les arrêter, et c'est là leur plus grande victoire: «Enfin nous allons être libres de dire ce que nous pensons, de faire ce que nous voulons. Plus personne n'ira en prison simplement pour avoir parlé trop fort à des policiers. Nous ne sommes plus des esclaves», dit calmement Hicham, un ingénieur de 29 ans, au bord d'un trottoir bondé du quartier du Palais présidentiel.